jeudi 30 juillet 2015

le temps est sans fond

je suis un train de voyageurs immobile
l’horizon de ma vie sur les chemins de l’eau
les quatre saisons du jour d’où naissent les oeufs et les plumes du vent

sur mes béquilles de brouillard j’avance à la vitesse de la nuit
le temps est sans fond / il fait froid de silence

sur ton bateau de paille tu éclates de rire
tu cueilles des trous de sable pour sauver les tortues

1 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Le temps, toujours chute, toujours...

****beau

30 juillet 2015 à 15 h 57  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil