dimanche 27 mars 2011

Les Balises / Gaët Markers



Balises urbaines
Techniques mixtes sur papier
2011

Gaët markers en Shetlandic / balises, bouées, poteaux,dispositifs lumineux ou sonores, servant à guider...phares,inukshuk,empilements,bornes. Suite à une rencontre, en 2008 au Festival de la Parole Poétique en Bretagne, avec la poète écossaise Christine de Luca, qui écrit en Shetlandic, nous avions décidé de travailler ensemble à partir de l'idée du guide / du chemin perdu/ du chemin retrouvé / des repères/ ces voix silencieuses du chemin. Christine a écrit un premier texte et j'ai fait un premier travail visuel à partir du poème. Depuis, les balises continuent d'avancer et de se transformer en mots et en images..

*Pour les premiers Gaët Markers voir sur ce blogue en date du 13 juin 2009. La seconde série à partir de textes du poète Gaston Miron a donné les oeuvres, Les balises, Les arquebuses de l'aube blogue du 4 avril 2010, La Batèche,Les yeux vides du fer blanc
Mutagenèse (un vertical néant)blogue du 18 avril 2010..et d'autres.

*Site de Christine de Luca: www.christinedeluca.co.uk

*Shetlandic,[1] usually referred to as (auld or braid) Shetland[2] by native speakers, is spoken in the Shetland Islands north of mainland Scotland and is, like Orcadian, a dialect of Insular Scots. It is derived from the Scots dialects brought to Shetland from the end of the fifteenth century by Lowland Scots, mainly from Fife and Lothian,[3] with a degree of Scandinavian influence from the Norn language, which was spoken on the islands until the late 18th century.[4]

4 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

tous ces points de chute où le genou fléchit et brise la marche
chemin balisé d'oratoires: il faut parfois juste murmurer encore pour oser poursuivre


je ne comprends pas Gaët Markers...c'est quelqu'un?

27 mars 2011 à 09 h 51  
Anonymous Anonyme a dit...

quelle superbe idée...et combien c'est juste que de lancer ces repères...les gens comme moi s'y retrouvent.

27 mars 2011 à 13 h 08  
Anonymous Anonyme a dit...

difficile de dire aussi à quel point savoir des balises exister peut vous faire sentir perdu-e

27 mars 2011 à 13 h 19  
Anonymous Michel Monette a dit...

Je ne vis pas dans votre secteur mais je trouve désolant que vous placiez l'automobile au cœur du paradigme d'aménagement des quartiers centraux. Il me semble que c'est une approche urbanistique tellement dépassée.

27 mars 2011 à 15 h 25  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil