mardi 16 août 2011

Les Illisibles



Les Illisibles
Encre sur papier Bristol
37 x 28 cm, 2011

2 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Parlant tout de meme

16 août 2011 à 17 h 17  
Anonymous Anonyme a dit...

L’ombre du cheval blessé calcine le fleuve dans le pas lent de paroles liquides

Des racines semées hors sablier
Bèchent la courbe des musiques nocturnes

Une rivière rouge mord les traces parallèles
Raconte une langue perdue
Pendant que galopent des signes noirs à la rencontre des vents

F

16 août 2011 à 21 h 30  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil