samedi 29 août 2009

Les arbres baîllent


Au fond de l'oeil
Les arbres baîllent

La ville dort à poing fermé

Les dents de la nuit
Créent des langues mouillées

Comme une solitude grise
Un oiseau tisse ses cendres

La mort est la poussière ivre du temps

Le ciel est nu
De cris

Les trous d'hirondelles sont instables

Le silence change de corps

*
Dans la forêt sucrée
L'écho tourne mal

Sur la nuit d'une lèvre
Le geste de l'oeil
Délire

Le temps ne bouge plus

Au bord d'une femme
Un verger
Descend

La mémoire s'absente

Un chien rond surveille le ciel

Le sexe de Dieu s'ennuie




________


0 commentaires:

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil