mercredi 3 février 2010

Les corbeaux



Les corbeaux
Encre sur papier
2009





Les corbeaux
Techniques mixtes sur bristol
2009


Par milliers, sur les champs de France,
Où dorment des morts d'avant-hier,
Tournoyez, n'est-ce pas l'hiver,
Pour que chaque passant repense !
Sois donc le crieur du devoir,
Ô notre funèbre oiseau noir !
Rimbaud/ Les corbeaux
____

J'ai cru voir sur mon cœur un essaim de corbeaux
En pleine lande intime avec des vols funèbres,
De grands corbeaux venus de montagnes célèbres
Et qui passaient au clair de lune et de flambeaux.

Lugubrement, comme en cercle sur des tombeaux
Et flairant un régal de carcasses de zèbres,
Ils planaient au frisson glacé de nos ténèbres,
Agitant à leurs becs une chair en lambeaux.

Or, cette proie échue à ces démons des nuits
N'était autre que ma Vie en loque, aux ennuis
Vastes qui tournant sur elle ainsi toujours

Déchirant à larges coups de bec, sans quartier,
Mon âme, une charogne éparse au champ des jours,
Que ces vieux corbeaux dévoreront en entier.

Emile Nelligan/ Les corbeaux

1 commentaires:

Anonymous annaj a dit...

voici les niches de l'au-delà
sépulcres de mes ailes
étagères de la peur en bocaux de formol

et nous, volatiles

comme un semis de grisaille dans le voile de la nuit

3 février 2010 à 13 h 46  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil