samedi 3 avril 2010

Habillés "en juillet"



Poèmes d'amour
Mixtes sur toile
2006

Congé de blogue pour cause de vacances...estivales
3 avril 2010 Québec 13 heures
24 degrés celsius.
Neige fondue entièrement.
Des passants habillés "en juillet"
Du jamais vu depuis....toujours
Et on annonce un + 18 pour demain et +16 lundi.

En fait le réchauffement de la planète n'est peut être pas totalement négatif...

Quand aux ours polaires
suffira d'agrandir le format des congélateurs !!

______

Mais pas congé d'atelier!

De toute façon
Quand je crée je suis ailleurs

Hors du monde

______

Littérature jeunesse - Espiègle Simone
Le Devoir 3 avril 2010 Livres
À RETENIR

o Si Simone...
o Texte: Sarah Lalonde
o Dessins: PisHier
o Les 400 Coups
o Montréal, 2010, 32 pages

La maison Les 400 Coups récidive avec un autre de ses petits contes taillés sur mesure pour les enfants polissons, incarné cette fois dans le personnage de Simone, rouquine aux couettes et à la mine espiègles.

Emporté par son enthousiasme débordant, Simone, surnommée Si... pour les intimes, envisage un coup fumant, ou plutôt glacé, et subtilise quelques billets dans le portefeuille maternel pour commander une cargaison phénoménale de pots de crème glacée. Une fois gavée, l'épicurienne se rend compte que son butin réfrigéré fond à vue d'oeil et ne sait plus trop quoi en faire. L'objet du délit est vite remisé au sous-sol, mais le tout s'est transformé en soupe collante le lendemain, soupe dans laquelle le papa s'engluera les pattes de pantalon.

Le texte léger de
Sarah Lalonde
est habilement mis en image par les dessins fripons aux couleurs saturées de PisHier. Tout mignon.

_____

3 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

l'ailleurs n'est-ce pas ce fond d'œil avec une sorte d'étang piqueté de bouées?
la nage y est permise uniquement quand les drapeaux sont bleus

alors bonne vacance..

3 avril 2010 à 13 h 47  
Blogger chanel a dit...

tableau qui fait besoin
qui ne rêverait de monter à l'oranger d'une toile-dits d'amour

3 avril 2010 à 14 h 15  
Anonymous Anonyme a dit...

On a fini par la vendre ou pas celle-là ?

Le nombre de fois qu'elle a attisé l'envie, cette toile, le nombre de fois où elle a failli partir, cette toile...

Mais il me semble que quelqu'un, quelque part, a fini par s'assumer et par l'amener chez-lui.



Edith

4 avril 2010 à 07 h 47  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil