jeudi 1 avril 2010

Incorporel



Couple
Bronze, pâte polymère, métal
1995/2004

Le premier des lauriers demeure le bonheur

Ne crois pas, ma chère âme,à la vie éternelle:
Mais épuise le champ du possible

Pindare

Poète grec (Né en 518 , mort vers 438)


Ma création ( poétique et poétique visuelle) est un combat quotidien et continu contre la réalité imposée d'un quotidien pré programmé. C'est à moi d'abord que je parle,et indirectement à d'autres.

Je parle de l'art, de l'être et de la vie.

Toutes mes paroles, tous mes gestes refont, répètent la même oeuvre. Constamment, de façon différente, je ne fais que remettre en question le déjà fait.Pour parfois le défaire, pour chaque fois le refaire à travers les métamorphoses du temps, du geste, de la forme.Nouveau surgissant ressuscité dans l'altérité des choses.Retour aux signes premiers. À l'écrit premier.

2 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

cette vie est courte
mais la paille des autres ne brûle jamais

arbre papier ou cendre elle me poursuit.

1 avril 2010 à 12 h 50  
Blogger chanel a dit...

incorpore elles
elles in corpore

oubli de corps
et l'énorme place de la tête...

1 avril 2010 à 12 h 54  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil