dimanche 20 février 2011

Dictée de nuit

La lune pleure
sur des oiseaux de bois
déracinés

des chats
totems
tombés du ciel
rompent le pain de nuit

dans la ruelle
des soleils
mécanisés
des arbres morts
inséparables
remontent la Grande Ourse

les mots vagabonds
jusqu'au bord de tes lèvres

comme les yeux ouverts du désir

2 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

aime moi

20 février 2011 à 11 h 42  
Anonymous chanel a dit...

à cette heure de la vie nous avons tous nos troupeaux de chats miaulant à la lune et partout dans nos fibres on sent leurs pas marcher en douce vers l'apparition... ;-)

20 février 2011 à 14 h 13  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil