vendredi 8 janvier 2010

Comme un oiseau sans fin



Tu marches dans le ciel
comme un oiseau sans fin

Un vieux cheval de cendres

Derrière la porte neuve de l'âme
tu cherches le silence

Une pluie intérieure
une larme de femme

*
à l'avant de la barque encore
une femme adossée au mât
-résolument détournée de la scène
bien qu'accablée-
les deux bras ballants
regarde au loin
comme quelqu'un qui déjà
à la fin du désespoir
retrouverait la terre
Paul Marie Lapointe

0 commentaires:

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil