mercredi 17 février 2010

Paysages imprévus




cris d'arbres étêtés

tête de gris souris

chevelure de marécages

terre verte
aux ailes d'hiver

par les fenêtres

mémoire de lait sous la mousse







lever de terre rouge

trou de vent de terre brune

suivi
de nids d'algues grises
d'un vol de grands oiseaux invisibles

lettres oubliées

3 commentaires:

Anonymous annaj a dit...

chaque peau de l'arbre est nouvel écritoire
d'une graphie de pluie
d'une ligne de mousse
du burin de ce qui pousse
et ravine

cuivres de rouille
mousserons semenciers
vésicules des poussières du papier


il pleut du vieux temps
entre les doigts
entre les bras



est-ce le ciel qui dégringole ou la terre qui monte

17 février 2010 à 15 h 29  
Blogger linda a dit...

vos couleurs / vos textures / votre poésie / parfait mélange.

18 février 2010 à 13 h 12  
Anonymous Anonyme a dit...

pourquoi pas:)

21 septembre 2010 à 09 h 42  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil