jeudi 3 mars 2011

Blanc conforme

Le temps
marche
sur la pointe des pieds

(comme la brume d'une chevelure)

intime la neige se lève
copie conforme du blanc

serpent d'eau
soleil profond
sans limites de soif

étranges sculptures d'horizon
aux courbes sensibles

1 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

l'horizon sculpte des lumières blanches, l'éblouissement du froid

à ne toucher que des yeux fermés

5 mars 2011 à 03 h 44  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil