vendredi 22 février 2008

Les terres humaines

Je dessine à l'eau noire
Des écritures inconnues

Désécrire le geste

Comme un oiseau
Oublié sur un fil
Allonge le ciel
-

Sur les lèvres
Un torrent de terre noire

Un arbre passe
Racines au vent

Derrière l'ombre de la Terre
Une lune orange
Ferme les yeux

Au creux de ma main
L'empreinte de ton dos
Hiberne
-
Où commencent tes doigts
La terre est un fleuve






1 commentaires:

Blogger layla a dit...

Cher Gabriel Lalonde,
J'aime particulièrement ce poème et ce paysage de terre et d'eau qui lui répond.
Je vous ai rencontré et découvert à Paris au Marché de la poésie en juin 2006 et depuis vos poèmes rhytment mon année comme des viatiques toujours neufs et pourtant toujours familiers au coeur. Je me réjouis que vous reveniez en France au mois de mai; je tâcherai d'aller voir vos oeuvres à Rouen.
Merci pour ce blog qui ouvre une fenêtre vivante sur votre atelier quotidien et merci pour vos vers pleins de sève.
Layla

7 mars 2008 à 16 h 39  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil