dimanche 28 février 2010

Les mains vides




un grand vent du nordet
déracine tes hanches

les mains vides
jusqu'à
la mer
le fleuve sort de son lit

poèmes de sable échoués

sans âme
les mots se retirent

de toute éternité
le temps est un trou noir

où tu t'es endormie

____

1 commentaires:

Anonymous annaj a dit...

le trou se referme
noir de trop de noirs
et peut-être de ce blanc qui gobe la mémoire

à l'autre bout du monde, je respire dans une cloque

28 février 2010 à 12 h 44  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil