mercredi 17 mars 2010

Poème à même le noir



la désespérance noire
de l'arbre en exil

l'incertitude
à jamais
de la lumière

le lait noir des jours

la poésie tu

les vagues oubliées
écoutent aux portes

comme des mots
en robe de bal
près de la mort

3 commentaires:

Blogger chanel a dit...

l' arbre en exil couve des migrateurs
idées passerelles
mots passereaux

je pense à la mort

oubliée ou tue
se résoudre

17 mars 2010 à 15 h 10  
Blogger Leslie Avon Miller a dit...

I don't know the words, but your art speaks volumes.

17 mars 2010 à 17 h 27  
Anonymous Anonyme a dit...

votre commentatrice a raison...votre art perle en volume-s
présences dites-vous

18 mars 2010 à 18 h 08  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil