jeudi 9 décembre 2010

Un jour froid


contre la mort
des étoiles dans les mains

dans le gris du vent

terrestre d'une même solitude

à l'horizon
les ombres
s'évaporent


un jour froid

comme une blessure jusqu'à l'âme


___


je marche dans le blanc des jours

2 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

les blessures de l'âme je crois que ça laisse la bouche béante et plus un mot dedans.

9 décembre 2010 à 14 h 47  
Anonymous Anonyme a dit...

je me sens comme ce trou noir dans l'air qui marche sur la montagne

9 décembre 2010 à 22 h 18  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil