mardi 26 février 2008

Le champ des âmes désalignées


Quelqu'un se lève un matin
De janvier ou de février 2008
Quelqu'un entre dans son atelier
D'artiste
Un matin ordinaire où il neige

Comme tous les matins ordinaires de janvier ou février 2008 sur Québec

Quelqu'un place une toile vierge
Sur une table presque nue
Quelqu'un commence par coller des toiles de lin et de coton sur la toile déjà montée

En attente de rien

Rien
Que l'acte
De la main
Le geste
De l'oeil

En attente
D'un souffle
D'un fragment d'âme
Quelqu'un décolle de la vieille peinture
D' une vieille planche
Quelqu'un pose un vieux morceau
De vieille peinture sur la toile
Et un autre
Et d'autres
Quelqu'un voit quelquechose apparaître
Quelqu'un ajoute de l'huile
De l'encaustique
Quelqu'un efface
Quelqu'un recommence

Quelques jours plus tard
Quelqu'un signe la toile
Et la baptise
Champ des âmes désalignées

Quelqu'un lui-même ne sait pas pourquoi
Mais quelqu'un se dit
Elle est quand même bien cette oeuvre

Quelqu'un sait qu'il est un artiste
Pourquoi?
Parce qu'il sait qu'il est un artiste

Et quelqu'un remet une nouvelle toile sur la table
Pour demain matin

2 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Salutations M. Gabriel...
Je fais pause signifiée, à l'orée de votre champ, foulant la sainte paix. Je sonde cette grande baie dégorgée qui n'a cesse de me rendre l'âme en plaine... Étendue... Élargie. Après l'errance, d'intentions délivrée.
Je veux vous pointiller en abrégé que je vous "lis", que j'observe vos mouvances saisonnières. Qu'en enseignant (en bio) la mécanique des pupilles captives de quelques giboulées d'ondes et de lumières convergentes...je me paie quelques rendez-vous d'hiver. Pour la beauté... C'est mars qui insiste...
Pour un clin d'œil décillé par un froid trop vif, la pincée d'un cheveu blanc qui me croustille au front!
J'aime votre champ...Pour ces bouffées d'états tamisés sans bruit. Des âmes moelleuses, pouponnes, qui s'ébouriffent librement. J'aime les tourbillons en vents de riz qui moutonnent, s'incarnent et disparaissent. Fuyants. Évitement d'avalanches.
Plénitude. Rentrée d'hibernation.
Merci Monsieur Gabriel.
Bonne semaine!

11 mars 2008 à 00 h 06  
Anonymous Anonyme a dit...

Margelles blanchies... Usure d'éclats. Demi-pause.
Saute Blanche. Saute Blanche
Ronde longue. Ronde Longue. Double-croches, double-croches.
Noire... Noire... Quatre double noires... Noire!
C'était mon constat de l'heure!!! Et d'la nuit noire!!!
Balayage et bordées d'travail pour demain, oups, ce jour!
Salutations boréales!

11 mars 2008 à 00 h 14  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil