mardi 5 mai 2009

Ce silence de toi



Ce silence de toi
Où personne ne passe

Dans une lente nuit noire
Des oiseaux blessés trouent le ciel

De cet immense silence qui ne veut pas se taire

1 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Ce silence, mû chez-vous....Et tous ses échos réduits, relayés ... Et moi qui détrousse, à l'infinitf présent, ce qu'on peut saisir de votre course, filée de lévrier. J'y dépose, lentement, mon inscription.Petit Signalement torturé. Je note, d'une brindille, frayant vos terres ocres, la déchausse du temps: sa retraite, si précoce... Une empreinte mouvante. L'existence, sous scellé. Grade orange et urgence. Toujours. Et doutes. Certains.
Les mots du matin font bombance: sauvages. Ceux du soir vont, peinards, domestiqués.
Je vous rend grâce,longeant mes illusions et vos pistes de chimères, celles-la démoulées. Je ne suis pas seule en camouflage. Et la peur s'est enrayée: petite peste vivace. Balayée. Ne reste que son abscinthe, vision vertigineuse: la sainte paix. Enfin! À poursuivre!

7 mai 2009 à 14 h 53  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil