vendredi 30 juillet 2010

16 heures

16 heures

l'itinéraire de tes yeux

sous ta jupe en cachette
une poignée d'étoiles
un cri
blanc
comme une plume

chaque nuit le rideau secret
du noir
au delà de la déchirure


l'inexistence ressemble à un bal masqué

conjuguer le mouvement

le temps d'être

et

je

1 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

conjuguez-moi le verbe j'inexiste avec l'auxiliaire être...

31 juillet 2010 à 00 h 14  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil