dimanche 17 mai 2009

Petit matin de rouille

1 commentaires:

Anonymous Sylvie Morin a dit...

Elles paraissent, ces traînées de temps déversées au miroir, larguée par les ans. Elles révèlent nos méprises, lâches, cessesions du lâcher-prise.
Elles sont l’aube certaine d’un tricot aérien, léger. L’aurore d’un envol, permis, enligné. L'assumation. Car s’amorce ici, maintenant, la tombée d’un couperet; un dévoilement, global, prismatique. Arrive enfin une vision, s'impose l'offre ultime du soi, confronté. Total.
L’existence se réfracte, se miroite au trousseau de toutes morts, puissantes mises à jour: la levée de conscience. L’Océane. La Mitoyenne.
S’y jouxtent l’idéal, irisé, et les remords aigris. Petites rouilles et foudres d'oxyde sépia. Liquidés.
Que s’attendrissent éternellement, Monsieur Gabriel, vos chimères rosissantes : douces mémoires d’églantiers. Et que s’espacent leurs envers, ces chevrons de redoutes, poncés par la lumière, survenue!
Bienvenue. Bellement. Tellement!!!

19 mai 2009 à 10 h 48  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil