lundi 1 mars 2010

Les grappes d'eau



Esseulé
Empreinte encre et encaustique
Papier marouflé sur toile
18 x 18', 2010


les arbres dans la main
courent au galop
esseulés
la nuit entière
en grappes d'eau

au port de solitude
les doigts secrets du fleuve
encore gelé

esseulé
comme un poème nu

1 commentaires:

Anonymous annaj a dit...

perdre

perdre qui faisait sur toutes les portes des adresses de soleil

qui sur le linteau du jour arrosait de lait le miel des essaims
la ruine des empreintes sur le sable des écritoires
la cendre après le feu
et les phalanges lacées d'un sang de veuf

qui perdre en chapelets d'ovules saignés de mes yeux

que l'amour nu

1 mars 2010 à 13 h 13  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil