mercredi 3 mars 2010

Poudres de terre


j'encaustique
le mal air
figé
sans un cri
par la cire
chaude

j'encaustique
l'hameçon du temps

cette ride lente de l'âme

et pourtant souvent encore je chante
____

lire le temps

écrire le geste

le souffle
le mouvement

traces d'humains
dans l'argile de la peau

_____

L'hiver entier couché
dans des corps blessés

les glaces sur le fleuve se brisent
la grand chute s'éveille lentement

poudres de terre à l'horizon

les arbres tendent la main au ciel
à la recherche du vert

1 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

Hummm...

Elle est bien celle-là aussi...

Hummmmmm....


Edith

4 mars 2010 à 07 h 30  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil