jeudi 25 juin 2009

Le jour commence

Et l'homme saigné noir à ton flanc souverain
Rimbaud

Le jour commence

_____

À l'heure où le boulanger se lève
Dans les premières lueurs du matin
La terre maigre grignote la nuit

Une grain de terre d’ombre
Une pincée de gris souris

Une étoile s'endort dans l'infini

Le temps dénude les lèvres du temps

__

Du bout des doigts je guide la couleur

La main n’hésite pas
L’œuvre précède le geste

Je trace des lignes d’eaux
Sur le ventre des heures

__

Je m'étends sur deux siècles

Je parle avec les arbres parfois avec les pierres

Je trempe mes doigts dans la couleur

Inépuisé
Je cherche la Vague Mère

Je suis un fait divers

___

Comme les couleurs du bout de la Terre

Des pigments de terres brûlées au goût de fer

Des heures en forme d’œil
À chercher une ligne
À cueillir un geste cassé
Je cherche un brun de gris
Entre l'aboiement d'un chien et une entaille dans le bois

Je cherche un signe plus loin que l’après

Un gris de larme

____

À coups de griffes
Et de spatules
Je cherche le trou par où le temps fuit

_______
L'Art est plus grand que l'artiste

2 commentaires:

Anonymous Anonyme a dit...

zoli ;o)

Edith

26 juin 2009 à 07 h 25  
Blogger shrogoulou a dit...

Et vive le papout-pout-prout !

30 juin 2009 à 20 h 40  

Publier un commentaire

S'abonner à Publier des commentaires [Atom]

Liens vers ce message:

Créer un lien

<< Accueil